Aides financières

Vous trouverez ci-dessous les différentes aides pour le financement des formations suivantes:

Préparation au BPJEPS
BPJEPS AGFF
Préparateur physique
Kinésithérapeute du sport

LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

QU’EST CE QUE C’EST ?

Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail qui est conclu entre un salarié et un employeur. Son but est de favoriser le retour à l’emploi des bénéficiaires par l’obtention d’une formation professionnelle reconnue. Le fonctionnement et simple et se base sur l’alternance entre périodes d’enseignement et périodes de travail en entreprise.

A QUI S’ADRESSE-T-IL ?

Il s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans et aux demandeurs d’emplois de plus de 26 ans. Peuvent également prétendre à un contrat de professionnalisation, les bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA), de l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) et de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH). Le contrat doit être conclu avec une entreprise du secteur marchand. En revanche, les établissements publics administratifs ne peuvent conclure de contrat de professionnalisation.

QUELLE EST LA DURÉE DU CONTRAT ?

Le contrat est à durée déterminée, il est conclu pour une durée allant de 6 à 12 mois (cette durée peut être portée à 24 mois selon conditions). Dans certains cas il peut-être indéterminée, mais la période d’alternance reste dans ce cas comprise entre 6 et 12 mois.

QUELS SONT LES AVANTAGES DU CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION ?

Pour le salarié, les avantages sont nombreux et non négligeables :

– Tout d’abord, ce contrat permet au salarié d’acquérir une qualification reconnue par les entreprises et le monde du travail, cela tout en évoluant au sein d’une entreprise et en étant rémunéré, ce, quelque soit son niveau de formation.
– En plus d’être rémunéré par l’entreprise qui l’accueille, le bénéficiaire du contrat de professionnalisation ne débourse aucun frais de formation. Ces frais sont pris en charges par les Organismes Paritaires Collecteurs Agrées (OPCA) auxquels l’entreprise cotise chaque année.
– Pendant la durée du contrat la personne bénéficie du statut de salarié de l’entreprise dans laquelle il évolue. Il peut donc à ce titre se voir proposer des avantages dont profitent les autres salariés (tickets restaurants, remboursement des frais de transport, congés payés…)
– Dans 75% des cas, le contrat de professionnalisation débouche sur un CDD ou un CDI au sein de l’entreprise d’accueil.
– Le salarié se voit attribuer une carte d’étudiant des métiers lui donnant accès aux mêmes avantages que les étudiants (accès aux restaurant universitaires, aux logements universitaires, aux réductions tarifaires…) dans le cas des contrats signés pour une durée de 12 mois et plus.

Le contrat de professionnalisation est également avantageux pour les employeurs :

– En cas d’embauche d’un demandeur d’emploi de 26 ans et plus inscrit à Pôle Emploi, ils bénéficient d’une aide forfaitaire de 2000€. Si la personne embauchée en contrat de professionnalisation a plus de 45 ans, cette aide peut être doublée.
– Exonération des cotisations sociales (totale ou partielle selon la taille de l’entreprise)
– Exonération totale des cotisations patronales dans le cas d’une embauche d’un salarié de 45 ans et plus
– Allègement des cotisations patronales sur les bas et moyens salaires
– Un crédit d’impôt de 1600€ (porté à 2200 euros dans certains cas)

QUELS SONT LES ÉTAPES À SUIVRE ?

Une fois le projet professionnel bien défini et l’accord passé avec notre organisme de formation, il vous faut démarcher une entreprise susceptible de vous accueillir dans le cadre de ce contrat. Vous devez ainsi prendre contact avec l’entreprise et lui présenter votre candidature (lettre de motivation + CV) dans laquelle vous insisterez sur les avantages financiers dont bénéficie l’entreprise qui vous accueille (exonération, crédit d’impôt…), les avantages humains (participation à la formation d’un jeune qui pourra faire profiter de ses acquis à l’entreprise) ainsi que les bénéfices que vous en retirerez.

Une fois le contrat signé par les différentes parties (vous, l’entreprise et le CFPMS), l’entreprise doit faire suivre ce contrat à son OPCA au plus tard dans les 5 jours suivant le début du contrat. Dès la réception du contrat, l’OPCA a 20 jours pour se prononcer sur la prise en charge financière de la formation. (Il est conseillé de prendre de l’avance sur ces démarches afin de savoir au plus tôt si le financement de la formation est accepté par l’OCPA)

Pour en savoir plus: http://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-en-alternance/article/le-contrat-de-professionnalisation

piste d'athlétisme

LE CONGÉ INDIVIDUEL DE FORMATION

QU’EST CE QUE C’EST ?

Le Congé Individuel de Formation, ou CIF, est un congé qui permet à toute personne travaillant de suivre des actions de formations, indépendamment de celles proposées par l’entreprise dans laquelle elle évolue. Ce congé est mis en place à la demande du salarié et il lui permet d’étoffer ses qualifications, de se reconvertir ou encore de passer des examens.

A QUI S’ADRESSE-T-IL ?

Le CIF s’adresse à tout salarié sous contrat à durée indéterminée justifiant une activité professionnelle de 2 ans dont une année dans l’entreprise dans laquelle il évolue actuellement. Peuvent également prétendre au CIF, les titulaires ou anciens titulaires d’un CDD ayant eu 24 mois d’activité au cours des 5 dernières années, dont 4 au cours des 12 derniers mois.

QUELLE EST LA DURÉE DU CIF ?

Le congé pris par le salarié est de 1 an maximum pour les formations se déroulant à temps plein et de 1200 heures pour les formations à temps partiel. Il est néanmoins possible d’échelonner la formation sur une période de 3 ans. La durée minimum de la formation est quant à elle de 30 heures.

QUELS SONT LES AVANTAGES DU CIF ?

Le CIF est un des modes de formation professionnelle les plus avantageux pour les salariés :

– A l’issu du CIF, l’employeur se doit de réintégrer la personne ayant suivi le CIF à son poste de travail ou à un poste équivalent. Le salarié ne perd ainsi pas son travail et le même niveau de responsabilités qu’avant son départ en CIF.
– Pendant l‘exécution du CIF, le contrat de travail de la personne n’est pas rompu, il est simplement suspendu. Sont donc conservés le statut mais aussi les avantages au sein de l’entreprise (congés payés, ancienneté, couverture sociale…)
– La prise en charge financière est assurée par des Organismes Paritaires Collecteurs Agrées spécialisés (Uniformation ou l’Afdas pour le secteur sportif) auxquels l’entreprise cotise. Ainsi, pendant son congé, le salarié bénéficie d’une prise en charge de sa rémunération (entre 80% et 100% de sa rémunération est assurée sous condition d’acceptation du dossier). De plus, il voit une grande partie de ses frais de formation pris en charge et parfois la prise en charge comprend également les frais de transport et d’hébergement.
– Lorsque qu’une demande de départ en Congé Individuel de Formation est effectuée, l’employeur ne peut la refuser, il peut simplement, sous certaines conditions différer le départ de son salarié en CIF de 9 mois.

Pour l’employeur, l’avantage est que la rémunération de son salarié parti suivre un CIF est assurée par l’OPCA. De plus, suite à la période de formation, l’employeur retrouve un salarié disposant d’une qualification supplémentaire et donc de savoirs faire profitable à l’entreprise dans laquelle il évolue.

QUELS SONT LES ÉTAPES À SUIVRE ?

Les démarches à entreprendre dans l’obtention d’un CIF doivent se faire bien avant le début de la formation.

Tout d’abord, il faut adresser, par écrit, à son employeur, une demande d’autorisation d’absence afin de prendre un Congé Individuel de Formation. Ce dernier dispose à partir de ce moment d’un mois pour vous répondre. Il peut, sous conditions la repousser de 9 mois, mais il ne peut la refuser. Cette demande d’autorisation d’absence doit lui être adressée au plus tard 4 mois avant le début de la formation. Une fois l’accord de l’employeur, il faut envoyer à l’organisme qui gère les CIF, un dossier de demande de prise en charge. Vous devez retourner ce dossier complet à l’OPCA le plus tôt possible, les délais de traitement des dossiers pouvant être assez long. Tout dossier retourné moins de 7 mois avant le début de la formation ne sera recevable dans le cas d’un CIF-CDI. Le délai est de 3 mois pour un CIF-CDD.

Suite à l’étude du dossier par une commission, l’OPCA (Uniformation ou l’Afdas en général dans le secteur sportif) vous fera part de son avis par courrier. Afin de mettre toute les chances de votre coté, sachez qu’il existe des critères de priorité de prise en charge des CIF : La formation suivie est inscrite au Répertoire Nationale de la Certification Professionnelle, les demandeurs ont plus de 45 ans, il a 5 ans d’ancienneté dans l’entreprise et il a acquis un niveau d’étude différent de niveaux I, II et III.

Pour en savoir plus: http://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-professionnelle-des-salaries/article/le-conge-individuel-de-formation-cif

4 sportifs

LE COMPTE PROFESSIONNEL DE FORMATION (Anciennement DIF)

QU’EST CE QUE C’EST ?

Le Compte Professionnel de Formation est un dispositif qui permet à chaque salarié ou demandeur d’emploi de se constituer un crédit d’heures de formation de 24 heures par ans (pendant les 5 premières années, puis 12h pour les deux ans et demi restant) dans la limite de 150 heures.

A QUI S’ADRESSE-T-IL ?

Chaque salarié en Contrat à Durée Indéterminée ayant une ancienneté d’au moins 1 an peut prétendre au CPF. Les salariés en Contrat à Durée Déterminée ou Intérimaire ont également accès au CPF s’ils peuvent justifier de 4 mois d’activité consécutifs.

QUELLE EST LA DURÉE DU CIF ?

Les cinq premières années, 24 heures de formation sont offertes puis 12h de formation sur 2 ans et demi à chaque salarié en CDI travaillant à temps complet. Il est possible de cumuler ses heures si elles ne sont pas utilisées auparavant sur une période totale de 7 ans et demi et de profiter au maximum de 150h de formation. La formation suivie dans le cadre du CPF se situe, sauf accord collectif de branche, en dehors du temps de travail.

QUELS SONT LES AVANTAGES DU CIF ?

La première chose à noter est que le Compte Professionnel de Formation est, comme son nom l’indique, un droit dont dispose chaque salarié. Ces heures lui sont mises à disposition et il serait dommage de ne pas en profiter. Lorsque le salarié n’a pas atteint la limite maximale d’heures de formation (150 heures), son crédit est alimenté. Par exemple, après une formation de 40 heures le crédit d’heure retombe à 110 heures pour un salarié qui avait atteint son plafond. Il pourra ensuite de nouveau acquérir des droits, toujours dans la limite de 150 heures.

Durant la formation, le salarié reçoit, de la part de son employeur une allocation de formation qui équivaut à 50% de sa rémunération nette si la formation a lieu en dehors du temps de travail. Dans le cas contraire, le salarié continue à être rémunéré normalement. De plus, les frais de formation sont à la charge de l’employeur.

Aux termes d’un contrat de travail, l’employeur se doit d’indiquer le nombre d’heure de formation dont le salarié dispose au titre du CPF. Ces heures peuvent être transformé en crédit de formation, à raison de 13€ par heure, afin que le salarié puisse suivre une formation.

QUELS SONT LES ÉTAPES À SUIVRE ?

Le CPF est à l’initiative du salarié qui doit faire une demande par écrit à son employeur comprenant la formation envisagée, la durée… Dès réception, l’employeur dispose d’un mois pour rendre son avis, sans réponse au delà de ce délai, la demande est automatiquement validée.

L’employeur a le droit de refuser votre demande. Dans ce cas rien ne vous empêche de proposer la même requête ultérieurement. Si deux ans après la première demande l’employeur refuse toujours, il est possible de passer par votre OPCA, auquel l’employeur versera le coût lié à la formation (13€ par heure) ainsi que les allocations liées à la formation (si celle-ci a lieu en dehors du temps de travail)

Pour en savoir plus: http://www.moncompteformation.gouv.fr/

combattants de mma

LES AIDES DE PÔLE EMPLOI

Il est également possible, pour les demandeurs d’emploi, de demander une aide financière auprès de Pôle Emploi, qui gère la formation professionnelle des demandeurs d’emploi. Il existe plusieurs types d’aides financières délivrées par l’organisme.

L’ACTION DE FORMATION CONVENTIONNÉE (AFC)

Le but de l’AFC est de favoriser le retour à l’emploi des demandeurs d’emploi lorsqu’il existe un écart entre les compétences détenues par le demandeur d’emploi et le marché du travail. C’est donc grâce à l’AFC que cet écart pourra être comblé. Peuvent prétendre à l’AFC les demandeurs d’emploi bénéficiaires ou non de l’Allocation d’Aide au Retour à l’Emploi (ARE).

Si la formation s’inscrit dans le projet personnalisé d’accès à l’emploi, la personne pourra prétendre à l’Allocation d’Aide au Retour à l’Emploi Formation (AREF) si elle bénéficie de l’ARE ainsi que dans certains cas l’Aide aux Frais Associés à la Formation (AFAF).

Pour en savoir plus: http://www.pole-emploi.fr/candidat/l-action-de-formation-conventionnee-par-pole-emploi-afc–@/article.jspz?id=60683

L’ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) ET LA PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE À L’EMPLOI (POE)

Ce dispositif s’adresse aux demandeurs d’emploi ayant reçu une proposition d’emploi nécessitant une formation afin d’adapter les besoins du candidat à ceux du poste. Toutes les personnes inscrites à Pôle Emploi peuvent bénéficier de l’AFPR. L’action de formation ne peut cependant excéder 400 heures. Durant cette formation, le candidat pourra percevoir l’AREF, s’il est demandeur d’emploi indemnisé. Si cela n’est pas le cas, il recevra une rémunération de formation par Pôle Emploi. Il est également possible que les frais annexes à la formation soient pris en charge par l’AFAF. De plus, une aide sera apportée à l’employeur pendant la durée de la formation une fois que le contrat est signé, donc, après la période de formation. Cette aide est plafonnée à 8€ net par heure de formation, soit un total de 3200€ d’aides.

L’AFPR se rapproche d’un autre dispositif, la Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE). Les deux mécanismes sont sensiblement identiques, la seule différence résidant dans le fait que, dans le cas de la POE, l’aide versée à l’employeur peut être complétée par un financement de l’OPCA, ce qui permet dans certains cas de couvrir tous les frais de formation.

Pour en savoir plus: http://www.pole-emploi.fr/candidat/l-action-de-formation-prealable-au-recrutement-afpr–@/article.jspz?id=60635 Pour en savoir plus: http://www.pole-emploi.fr/candidat/la-preparation-operationnelle-a-l-emploi-poe–@/article.jspz?id=60881L’AIDE INDIVIDUELLE À LA FORMATION (AIF)

L’AIF peut être délivré lorsque la formation est nécessaire à la reprise d’un emploi ou à une création d’entreprise mais qu’elle pose problème. Dans ce cas précis, la demande d’aide doit se faire au plus tard 15 jours avant le début de la formation. Toute les personnes inscrites à Pôle Emploi et dont la formation parait cohérente avec le projet professionnel peuvent prétendre à l’AIF.
Le montant de l’aide est décidé ici au cas par cas.

Le 28/11/2016 il y a eu une refonte de l’AIF (Aide Individuelle à la Formation) :
  L’AIF est maintenant possible que si tous les autres financements Pôle Emploi ne peuvent pas être mis en place.
  L’AIF peut être pour une courte durée ou pour une période plus longue de 1 à 3 ans.(redoublement compris, qu’un redoublement possible).
  L’AIF peut être délivré à tous les demandeurs d’emploi pour une formation qui mène rapidement et durablement à un emploi.
  Pour en bénéficier pour une formation de plus d’un an, il faut que la formation soit diplômante et prépare concrètement à un métier.
  On peut utiliser son CPF pour financer l’AIF.  Pas plus de 9€/ heure de formation au sein du centre de formation. Seules les heures pédagogiques sont financées.

Pour en savoir plus: http://www.pole-emploi.fr/candidat/l-aide-individuelle-a-la-formation-aif–@/article.jspz?id=60856

LE CHÉQUIER QUALIFIANT

Selon la formation suivie, le demandeur d’emploi peut se voir offrir un chéquier qualifiant. La somme maximale allouée via ce processus est de 4100€. La demande de financement doit être faite auprès de Pôle emploi au plus tard 2 mois avant le début de la formation, car le délai de réponse et de traitement des dossiers est de 2 mois.

D’un point de vue plus général, le choix de telle ou telle aide se fait en fonction de chaque profil de candidat. Cela dépend également de la formation, de sa durée, de ses objectifs pédagogiques… Il est nécessaire dans chaque cas de dialoguer avec son conseiller Pôle Emploi qui pourra orienter les candidats vers les différents dispositifs.

Pour en savoir plus: http://financermaformation.com/vous-recherchez-un-dispositif/conseil-regional-ile-de-france-chequier-qualifiant/

LES AIDES DU CONSEIL RÉGIONAL ET DU CONSEIL GÉNÉRAL

Le Conseil Régional intervient également dans le subventionnement de la formation professionnelle. L’aide est tout d’abord indirecte, puisqu’une part des fonds du conseil régional est allouée aux aides liées au CIF, pour ce qui concerne les salariés.

Il convient à chacun de prendre contact avec la région afin de demander une aide individuelle à la formation professionnelle.

Les aides du conseil général sont exclusivement réservées aux personnes recevant le Revenu de Solidarité Active (RSA). Afin d’avoir une aide financière à la formation professionnelle, il faut en faire un demande auprès du conseil général qui étudie individuellement chaque demande.

boxeuse avec son coach